BC Kitchen

La cuisine communautaire offre plus que de la nourriture

11
.11

La cuisine communautaire offre plus que de la nourriture

Lorsque des douleurs arthritiques invalidantes ont obligé Gerri à quitter son emploi, son désir de vivre l’a abandonnée. Grâce au soutien de l’Armée du Salut et à sa propre détermination, elle a maintenant repris sa vie en mains – et c’est une belle vie.

« Avant de venir à l’Armée du Salut, j’étais totalement sous l’emprise de l’arthrite, raconte Gerri, âgée de 40 ans. J’étais incapable de marcher et ça me gênait. Déprimée et sans aucune motivation, je n’arrivais pas à me prendre en mains. Le cours de cuisine de l’Armée du Salut m’a enseigné des compétences qui m’ont donné confiance en moi, m’a permis de m’amuser et de socialiser et m’a aidée à me sentir normale. »

 

Le combat pour la survie

Gerri a fait la connaissance de l’Armée du Salut il y a de nombreuses années, lorsqu’elle a eu recours à une banque alimentaire. Son mari l’avait laissée et elle était seule pour élever ses quatre jeunes enfants.

« C’était vraiment pénible et dégradant pour moi de ne pas avoir les moyens de nourrir mes enfants, explique Gerri. Nous passions des jours entiers sans manger. La banque alimentaire m’a permis de calmer mes angoisses, et le personnel m’a donné l’espoir que notre situation allait s’améliorer. »

Au fil des ans, des problèmes personnels ont amené Gerri et sa famille à faire appel à divers services de l’Armée du Salut, comme les paniers de Noël, les programmes de camps pour enfants et les bons d’achat dans des magasins d’occasions.

Gerri a surmonté ses difficultés et a appris à survivre et à grandir. Mais en 2013, son état de santé l’a obligée à abandonner son emploi de gérante de programme dans un refuge pour femmes, et ses rêves se sont écroulés.

L’influence d’un cours de cuisine

« La cuisine communautaire de l’Armée du Salut à Vancouver m’a permis de croire qu’il était possible pour moi de retrouver une vie intéressante », raconte Gerri.

La cuisine communautaire a pour but d’habiliter des personnes vulnérables à améliorer leur vie. On y transmet des compétences en cuisine, des conseils sur l’établissement d’un budget et sur la nutrition, qui favorisent la sécurité sanitaire des aliments et l’autonomie.

« Au début du programme, les participants manquent souvent de confiance en eux et en leurs capacités en matière de cuisine. Ils veulent également acquérir de saines habitudes d’alimentation, explique Carolyn White, coordonnatrice du programme. Il est vraiment stupéfiant de voir la transformation qui s’opère en eux au cours des quatre sessions. »

« J’ai trouvé quelque chose que j’adore faire, raconte Gerri. Avant de venir à l’Armée du Salut, je croyais que l’arthrite avait gagné la bataille. J’étais désespérée. Aujourd’hui, j’envisage d’obtenir une subvention et de soumettre une demande pour ouvrir un camion de cuisine de rue. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Articles connexes