Wayne Hunter dans Belleville, Ontario

Le soutien peut changer la vie d’une personne atteinte de troubles mentaux

01
.29

Les épisodes de troubles mentaux de Wayne Hunter ont commencé à son adolescence. Cet homme, maintenant âgé de 40 ans, attribue en grande partie sa guérison à l’aide qu’il a reçue de l’Armée du Salut de Belleville, en Ontario. 

« J’ai surmonté de nombreux obstacles, témoigne Wayne. L’Armée du Salut m’a indéniablement aidé à développer une plus grande stabilité. Lorsque j’étais au plus mal, elle m’a tendu la main et m’a écouté. Je ne sais pas ce qui me serait arrivé si l’Armée n’avait pas été là. »

À 38 ans, Wayne a reçu un diagnostic d’anxiété et de dépression. Ces troubles ont nui à ses relations et à sa carrière, et il s’est retrouvé à la rue.

« La maladie mentale peut s’emparer d’une personne à tout moment, indique Wayne. Avec le recul, je réalise que mon anxiété prenait graduellement de l’ampleur durant mon adolescence. Plus tard, dans la trentaine, il s’est passé beaucoup de choses dans ma tête et j’ai soudainement décidé de m’isoler de la société. »

En effet, Wayne s’enfermait dans une chambre. En plus de souffrir d’agoraphobie, il traversait souvent des épisodes de dépression ponctués de terribles sanglots.

« J’avais l’esprit embrouillé et ma vie était sens dessus dessous avant de demander l’aide de l’Armée du Salut, explique-t-il. Mais les intervenants de l’Armée m’ont soutenu sans réserve, sans jamais me juger. »

L’Armée du Salut a prêté l’oreille à Wayne, lui a offert une aide alimentaire et des vêtements afin qu’il puisse prendre part à une entrevue d’emploi.

« J’allais dîner et souper au poste de l’Armée du Salut, mentionne-t-il. Je parlais de ma situation aux gens qui étaient sur place, et je m’y suis toujours senti le bienvenu. Socialiser m’a permis de réduire mon anxiété et de briser mon isolement. 

« Les gestes de bonté de l’Armée du Salut me démontraient qu’il y avait des gens qui se souciaient de moi. Je pense que la première étape pour appuyer quelqu’un dans sa démarche de rétablissement, c’est de lui demander comment il se sent et de l’écouter attentivement. »

Aujourd’hui, Wayne est inscrit dans un programme de travail social.

« Je veux devenir celui qui aide les autres, précise-t-il. Tout le monde a le droit d’être bien dans sa peau. Les gens ont simplement besoin de soutien, et c’est exactement ce que l’Armée du Salut m’a offert. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes