Armée du Salut

Posts Tagged: l’Armée du Salut

Surmonter les traumatismes qui ont fait de profonds ravages

Surmonter les traumatismes qui ont fait de profonds ravages

06
.22

Le 21 juin est la Journée nationale des peuples autochtones, durant laquelle on souligne l’héritage unique, la diversité culturelle et les exploits remarquables des peuples autochtones du Canada. À cette occasion, l’Armée du Salut rend hommage à Pamela Spurvey pour avoir changé sa vie et amélioré celle d’autres personnes au centre de services aux toxicomanes et d’hébergement de l’Armée du Salut à Edmonton, en Alberta. Les premières années de la vie de Pamela La mère de Pamela était alcoolique, s’injectait des drogues, fréquentait des gangs, prenait part au commerce du sexe et a

De mère adolescente avec son bebe

De mère adolescente à mère seule à diplômée du secondaire

06
.19

C’est un exploit qui vaut la peine d’être célébré. Cette semaine, Jessica, 19 ans, recevra son diplôme d’études secondaires du Grace Haven de l’Armée du Salut, à Hamilton (Ontario). « Grâce à l’Armée du Salut, j’ai acquis des connaissances parentales et terminé mes études secondaires, explique Jessica. Je suis fière de ce que j’ai accompli. » Lorsqu’elle a découvert qu’elle était enceinte, à l’âge de 18 ans, Jessica n’avait pas terminé ses études secondaires, avait quitté son foyer et dormait chez une amie. « À la maison, il y avait beaucoup

Un programme de l’Armée du Salut apporte une tranquillité d’esprit à une mère de Winnipeg

Un programme de l’Armée du Salut apporte une tranquillité d’esprit à une mère de Winnipeg

05
.29

Quand Arlene Wilgosh a donné naissance à sa fille, Lauren, en mai 1986, elle savait que quelque chose n’allait pas. Après une série de tests, on a diagnostiqué chez Lauren une trisomie 13 partielle (une aberration chromosomique à laquelle sont associées une importante déficience intellectuelle et de nombreuses anomalies physiques). « Nous sommes allés voir son pédiatre qui nous a dit que la meilleure chose à faire était de la traiter comme n’importe quel autre enfant. C’est ce que nous avons fait », raconte Arlene. Arlene est finalement retournée au travail et a inscrit