Lorsque le malheur frappe de bonnes personnes

08
.21

Il y a un peu moins d’un an, Neil, 52 ans, a entrepris un programme de traitement de la toxicomanie offert par l’Armée du Salut à Winnipeg. Terrorisé par des images de son passé militaire, Neil était alcoolique et avait quelque 23 kilos d’insuffisance pondérale.

« J’avais des comportements que je n’arrivais pas à changer—même si je le souhaitais désespérément, raconte Neil. Après m’être battu pendant plus de dix ans contre des troubles de stress post-traumatique et l’alcoolisme, je touchais les bas-fonds. »

Une spirale descendante

Cinq ans après que Neil eut quitté l’armée, des troubles de stress post-traumatique ont commencé à se manifester. Afin de calmer la douleur causée par des scènes indescriptives dont il avait été témoin et les actes horribles qu’il avait commis, Neil s’est tourné vers l’alcool.

« Ma vie a commencé à s’effondrer, raconte Neil. Jusque-là, je n’avais jamais rien fait de mal. J’étais toujours le bon gars qui ne s’attirait pas d’ennuis. J’étais à bout de nerfs, déprimé, enclin à m’emporter, incapable d’être parmi les gens et constamment ivre. »

Le comportement irrégulier de Neil lui a coûté cher—il a perdu sa femme, ses enfants et sa maison. Pour essayer de se sortir de sa situation, Neil a suivi des cours d’art culinaire. Il avait toujours désiré être chef cuisinier, et son rêve allait bientôt se concrétiser. Mais ce qui était destiné à être un pas en avant lui a plutôt fait faire plusieurs pas en arrière.

« L’alcool coule à flots dans le domaine de la restauration, explique Neil. C’était une atmosphère de fête, et l’alcool était au menu. Je buvais à l’excès. Puis, lorsque mes troubles de stress post-traumatique ont sapé ma concentration et ma mémoire, je n’arrivais plus à m’acquitter efficacement de mes tâches, et je me suis retiré de ce secteur d’activité. J’avais besoin d’aide. »

Retrouver le bonheur

En décembre 2014, Neil a décidé de s’inscrire à l’Ancrage, un programme de traitement de la toxicomanie offert au Centre Booth de l’Armée du Salut, à Winnipeg.

« L’Ancrage offre une vaste gamme de services à des hommes et à des femmes aux prises avec une dépendance, déclare Victoria Westgate, coordonnatrice du programme. Notre objectif consiste à favoriser le développement personnel, le bien-être psychologique et un mode de vie axé sur la sobriété. »

Après beaucoup d’efforts et de persévérance, Neil est sobre depuis 11 mois. Il a terminé avec succès le programme de soins primaires et est inscrit dans un programme de prise en charge. Son état de santé s’est grandement amélioré, et il se sent plus équilibré et gère mieux ses comportements et ses finances.

« Actuellement, je suis très heureux, déclare Neil. Ce programme, c’est ce que j’ai réussi de mieux dans ma vie. »

Neil nous rappelle que le chemin de la guérison est ardu et que des spécialistes continuent d’ajuster ses médicaments afin de prévenir les cauchemars et les « flashbacks ». À la fin du programme de prise en charge, en décembre, Neil déménagera dans un centre de réinsertion situé à proximité du Centre Booth. Par la suite, il a l’intention de retourner en Colombie-Britannique, pour être près de ses enfants.

« Mes enfants sont maintenant fiers de moi, dit Neil. C’est extraordinaire! »

150837sw/sc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Articles connexes