Armée du Salut

Articles classés dans la catégorie : Articles

2017-02_jane-redding

Une fille honore son père

03
.17

Quand Jane Redding a rédigé son testament, elle n’a pas hésité à faire un legs à l’Armée du Salut. « Il y a très longtemps, l’Armée du Salut a fait preuve de compassion envers mon père, dit Jane. Aucun autre organisme n’est aussi méritoire. » En 1930, John Redding, âgé de 16 ans, a quitté Yarmouth, en Nouvelle-Écosse, pour Halifax. Il a dit à sa mère, qui était veuve, qu’il trouverait un emploi. Malheureusement, peu de temps après son arrivée, il a manqué d’argent et s’est retrouvé seul, affamé et sans logis. Désemparé,

2017-03-13_goderich-cooking-camp

Durant la relâche du mois de mars, un camp de cuisine procure à des enfants de nombreux bienfaits

03
.13

Pour la troisième année de suite, pendant la semaine de relâche du mois de mars, l’Armée du Salut à Goderich (en Ontario) transforme sa cuisine en salle de classe. « Tout ce que j’ai fait, ç’a été de brûler des œufs. Et maintenant, je participe à un camp de cuisine », déclare Mason, avec un grand sourire. « Maman croit que j’ai besoin de suivre des leçons. » Le camp de cuisine, offert grâce à un partenariat entre l’Armée du Salut et la circonscription sanitaire du comté de Huron, procure à des enfants âgés

Booth centre shelter beds

De moins en moins de place pour accueillir les réfugiés qui arrivent à Winnipeg

03
.11

Depuis que les premiers réfugiés ont commencé à affluer à la frontière entre le Canada et les États-Unis, l’Armée du Salut leur offre le gîte et le couvert. Malheureusement, le Centre Booth de Winnipeg sera bientôt bondé. « Nous avons déployé des efforts considérables pour héberger les demandeurs d’asile sans nuire aux autres services que nous offrons, indique le major Rob Kerr, de l’Armée du Salut. Nous tentons de leur faire le plus de place possible, mais nous avons encore du pain sur la planche. » Jusqu’à présent, le Centre Booth, qui

2017-03-06_agnes_alzheimers

Faciliter la vie des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer

03
.10

Avant que la maladie d’Alzheimer ne se déclare, Agnes Yule, âgée de 82 ans, était une brillante commis-comptable, une talentueuse joueuse de quilles et une mordue de bingo. Maintenant, ses deux fils, Dave et Brian, s’occupent de tout, y compris de l’emmener au centre London Village de l’Armée du Salut cinq fois par semaine pour qu’elle bénéficie du programme de jour pour adultes. Même si les jours où Agnès jonglait avec les chiffres au London Club et menait une vie active sont loin derrière elle, sa vie n’est pas finie pour

Shelter expansion.courtney.web

L’agrandissement d’un refuge permettra de briser le cycle de la pauvreté

03
.10

Les travaux entourant l’agrandissement du refuge de l’Armée du Salut à Courtney, en Colombie-Britannique, vont bon train. Cette transformation permettra à l’Armée d’offrir aux personnes vulnérables tous les outils nécessaires pour échapper à la pauvreté. « Nous accueillons souvent les mêmes familles et les mêmes personnes à répétition. Dans bien des cas, il s’agit d’un piège intergénérationnel, indique Brent Hobden, directeur des ministères communautaires. Grâce aux rénovations, nous aurons de l’espace pour offrir des programmes de logement de transition, d’emploi et de dynamique de la vie destinés à rompre le cycle de

Sudbury Cedar place Margueritear

Changer la fin de l’histoire

02
.28

Au Canada, les chiffres sont alarmants. Chaque soir, plus de 4000 femmes et 2400 enfants dorment dans des refuges. « Choisir la rue, quand tu n’as pas d’autre choix que de quitter la maison pour te soustraire à une situation dangereuse, c’est troublant et angoissant, raconte Marguerite, âgée de 59 ans. Après une dispute avec mon conjoint, j’ai dû coucher sur le canapé de plusieurs de mes amis. Ensuite, je suis passée de refuge en refuge. Aujourd’hui, grâce à l’Armée du Salut, j’ai mon propre appartement. » En mai 2016, Marguerite a abouti au centre

Winnipeg Booth Centre

L’Armée du Salut offre un refuge aux demandeurs d’asile qui traversent la frontière du Manitoba

02
.28

L’Armée du Salut offre un refuge et la sécurité aux demandeurs d’asile dès leur arrivée à Winnipeg, au bout d’un itinéraire qui les a amenés à traverser d’immenses champs enneigés du Manitoba. « La plupart d’entre eux ne transportent qu’un sac à dos », affirme le major Rob Kerr, de l’Armée du Salut. « Ils ont besoin de toute leur énergie pour accomplir le trajet. » Le Centre Booth de l’Armée du Salut à Winnipeg a formé un partenariat avec l’organisme Welcome Place, qui fournit un ensemble de services d’aide aux nouveaux réfugiés. « Welcome

Kingston after-school.web

Des jeunes font du bénévolat dans le cadre d’un programme parascolaire de l’Armée du Salut

02
.22

Jamie-Lynn a commencé à fréquenter le programme d’activités parascolaires de l’Armée du Salut de Kingston, en Ontario, à l’âge de 7 ans. Aujourd’hui, cette adolescente est bénévole là où elle a appris à lire et à écrire. « Dès que j’ai su comment lire, écrire et faire des maths, j’ai réussi à l’école haut la main, dit Jamie-Lynn. J’adore ça ici. » Les bénévoles comme Jamie-Lynn aident les plus petits à faire du bricolage ou leurs devoirs, à apprendre à couper des légumes en toute sécurité ou à accomplir des tâches ménagères. « J’aime

Haiti Hurricane Destruction #5

Un travailleur humanitaire nous livre un récit intéressant

02
.22

Le 4 octobre 2016, l’ouragan Matthew, qui a frappé le sud-ouest d’Haïti, a détruit 200 000 résidences. De plus, près de 14 millions de personnes ont eu besoin d’aide humanitaire. L’Armée du Salut, qui était déjà présente sur le terrain, a distribué des denrées et, par l’entremise de sa clinique, traité des blessés. Lorsque l’ampleur de la dévastation est devenue de plus en plus claire, le personnel des services d’urgence de l’Armée du Salut internationale a été déployé sur les lieux pour évaluer les besoins des collectivités, élaborer des projets et distribuer des produits alimentaires

2017-02-09_setting-goals

Un peu de lumière au bout du tunnel

02
.13

Pour Leena, 38 ans, pauvreté et monoparentalité sont étroitement liées. « J’ai du mal à joindre les deux bouts, dit-elle. Sans l’Armée du Salut, ma situation serait encore pire, car je ne rêverais plus. » Le conjoint de Leena l’a quittée en 2014 après 16 ans de mariage. « J’ai reçu un appel au travail me disant que mon mari était à la maison et qu’il rassemblait ses effets personnels. J’étais sous le choc, raconte Leena. Il m’a tout laissé, y compris l’hypothèque et les factures! » Leena devait donc réagir rapidement et faire des pieds