Des mises à pied obligent un plus grand nombre de personnes à demander de l’aide à Noël

11
.13

En raison des récentes mises à pied qui ont eu lieu à London (Ontario), un plus grand nombre de personnes se tournent vers l’Armée du Salut cette année pour obtenir de l’aide de Noël. Au Canada, des centaines de personnes et de familles à faible revenu comptent sur l’assistance de l’Armée du Salut pour être en mesure de célébrer la fête de Noël.

« Les gens peuvent se trouver en situation de crise imprévue à tout moment», déclare Nancy Kerr, directrice des programmes des services communautaires et d’aide à la famille de l’Armée du Salut, à London. « Qu’il s’agisse de pertes d’emploi, de factures inattendues ou de ruptures de relations, nous remplaçons les larmes de l’amertume par des sourires d’espoir. »

L’an dernier, l’Armée du Salut à London a distribué 5 600 paniers de Noël et 6 300 sacs de jouets à des personnes qui ont du mal à joindre les deux bouts.

« Je redoutais Noël », raconte Gina, qui élève seule ses deux garçons. « Je venais de retourner à l’école, disposais d’un faible revenu et devais payer des frais de garderie. Il ne me restait presque rien pour célébrer Noël. Le fait de recevoir une dinde et tous ses accompagnements traditionnels, ainsi que des jouets pour les enfants, m’a soulagée d’un lourd fardeau. J’avais deux choses de moins dont je devais me préoccuper. »

Pendant le temps des fêtes, les services communautaires et d’aide à la famille de l’Armée du Salut à London occupent une superficie de 60 000 pi2 (20 000 m2) dans le Weston Fair Entertainment Centre. Des centaines de bénévoles trient et étiquettent des denrées alimentaires et des jouets qui serviront à la préparation des paniers de Noël et des sacs de jouets. Du 14 au 18 décembre, des personnes et des familles démunies viendront chercher un panier de Noël.

« Nous servons 200 familles à l’heure, déclare Mme Kerr, et les besoins sont énormes. »

Dans les paniers de Noël, on trouve une carte-cadeau qui permet d’acheter de la viande, des pommes de terre et des carottes, une boîte qui contient tout ce qu’il faut pour préparer un repas traditionnel de Noël et un sac de jouets pour les enfants de douze ans et moins. Même si nos clients sont reconnaissants de l’aide qu’ils reçoivent, un grand nombre d’entre nous n’imagineraient jamais devoir faire la queue pour s’assurer que sa famille puisse goûter aux joies de Noël.

« Il y avait cet homme, père de sept enfants, qui a gardé la tête baissée pendant tout le temps que je lui ai parlé, se rappelle Mme Kerr. Entre ses hochements de tête, je voyais les larmes couler sur ses joues. Un autre homme, soigné, dans la mi-trentaine, a dit : « Je ne peux pas croire que je suis ici. J’avais l’habitude de soutenir financièrement ce programme. » Chaque personne a une histoire, et l’Armée du Salut veille à ce que les familles pauvres puissent éprouver la même joie que celles qui sont plus nanties, le matin de Noël. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Articles connexes