Quand l’alcool a le dessus

01
.30

Après 30 ans de consommation quotidienne d’alcool, Joseph a eu l’occasion de s’en libérer grâce à l’Armée du Salut. Mais pouvait-il s’engager à améliorer sa situation? C’était une décision qui lui revenait.

« Tu dois faire un choix », lui a dit un intervenant de l’Armée du Salut. « Tu peux continuer de boire pour le reste de ta vie, et très probablement en mourir, ou tu peux chercher à régler ton problème. »

Joseph a abusé de l’alcool durant la plus grande partie de sa vie adulte. Le fait qu’il travaillait dans la restauration a contribué à entretenir sa dépendance. À de nombreuses reprises, il avait essayé d’arrêter de boire, mais il ne pouvait simplement pas y arriver sans aide.

« Il y a trois ans, je ne croyais pas aller plus bas que je ne l’étais », affirme Joseph. « J’avais vraiment le moral à zéro. J’avais perdu mon travail, ma femme et ma famille, et j’étais sans domicile. »

 Devenir sobre ou mourir

Joseph logeait dans un centre d’hébergement à Victoria lorsqu’il a rencontré quelqu’un de l’Armée du Salut. « Cet homme avait terminé un programme de traitement de la toxicomanie au centre Harbour Light de l’Armée du Salut à Vancouver », raconte Joseph. « Il m’a souligné que ça n’avait pas été facile, mais il pensait que c’était exactement ce dont j’avais besoin. J’ai alors su que je devais cesser de boire ou j’allais en mourir. »

Le programme de traitement de la toxicomanie du centre Harbour Light est offert en établissement à des hommes adultes. Grâce à l’éducation, à la thérapie de groupe et au counseling individuel, les participants au programme peuvent entreprendre un processus de changement dans un environnement sûr et favorable à la guérison.

« Quand je me suis présenté au centre Harbour Light, j’étais effrayé et j’avais la gueule de bois », mentionne Joseph. « Je me souviens que quelqu’un m’avait souhaité la bienvenue et que cela m’avait pris un an pour me rappeler de qui il s’agissait. Telle était ma condition. La consommation d’alcool avait causé des ravages dans mon corps et mon esprit. »

 La vie après la toxicomanie

Au centre Harbour Light, les intervenants et les autres membres du personnel ont permis à Joseph de développer ses capacités d’adaptation et lui ont montré des stratégies pour demeurer sobre. Leurs encouragements ont renforcé sa volonté de s’améliorer. Il s’est inscrit à un programme axé sur le leadership, a terminé ses études secondaires ainsi qu’un cours d’introduction au counseling, et a rédigé et publié un livre sur son expérience de participation au programme.

« Pour moi, l’Armée du Salut a fait plus que me fournir un traitement de la toxicomanie », déclare Joseph. « Elle m’a aidé à redécouvrir la personne que j’avais été et à me réinsérer dans la société. Je ne suis plus honteux ni embarrassé. Je suis heureux de me lever le matin et d’aller travailler comme compagnon cuisinier au centre. »

« Je suis sobre depuis trois ans. Sans l’Armée du Salut, j’aurais continué de boire jusqu’à en mourir », conclut Joseph. « J’en étais rendu à ce point-là. »

170168sw/fl

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Articles connexes