2017-04-24_feature

L’Armée du Salut exprime sa reconnaissance à l’un de ses dévoués bénévoles

04
.28

L’objectif de la Semaine de l’action bénévole est de remercier les personnes qui se dévouent au sein de leurs collectivités.

« À l’occasion de la Semaine de l’action bénévole, nous saluons la contribution désintéressée de nos bénévoles qui, l’an dernier, ont consacré quelque 1,2 million d’heures à l’œuvre de l’Armée du Salut », explique Michelle Weekes, directrice nationale du bénévolat pour l’Armée du Salut. « C’est grâce à eux que nous sommes en mesure d’aider un plus grand nombre de démunis. »

Faites la connaissance de Tiffany

« Je venais d’obtenir mon diplôme de l’université et je n’arrivais pas à trouver du travail, raconte Tiffany Grahl. Mon conjoint a entendu dire à la radio que l’Armée du Salut cherchait des bénévoles, et s’est dit que cette expérience serait pour moi une occasion d’acquérir de nouvelles compétences. Et il avait raison. »

Quatre jours par semaine, Tiffany fait du bénévolat pour le programme de déjeuner à l’église communautaire de l’Armée du Salut, à Pembroke (Ontario).

« Ma tâche principale consiste à servir les boissons, mais j’aide également à couper les légumes et à faire de la pâtisserie. J’ai appris non seulement les règles de sécurité dans une cuisine et comment préparer des repas pour un grand nombre de personnes, mais aussi à interagir avec les gens. »

Lorsque Tiffany a commencé à faire du bénévolat à l’Armée du Salut, il y a quatre ans, elle avait tendance à se tenir à l’écart. Cette activité l’aide également à éliminer son stress.

« Grâce au bénévolat, je suis moins stressée, explique Tiffany. En écoutant ce que les gens ont à dire et en comblant leurs besoins, j’ai le sentiment de contribuer à la société, et cela me plaît énormément. »

« Sans le dévouement de bénévoles comme Tiffany, nous ne pourrions pas offrir nos services et nos programmes, dit la lieutenante Kath Walker. Tiffany fait partie intégrante de l’équipe responsable du programme de déjeuner, et elle est toujours de bonne humeur. »

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes

Michel Profile.web

Une vie marquée par la dépendance

06
.21

« Il n’y avait aucun nuage à l’horizon ce jour frisquet de novembre. Je me trouvais sous le pont Pattulo (Vancouver), à l’extrémité sud, à la recherche d’un endroit pour dormir, raconte Michel. J’étais sans logement depuis deux mois, malade