De la classe à la cuisine

De la classe à la cuisine

10
.09

Pendant 10 ans, Bonnie avait peur d’utiliser un couteau de cuisine. Des crises de panique l’empêchaient de manger et de préparer des aliments nutritifs. Puis, elle a trouvé un moyen de gérer ses angoisses.

“J’avais peur de tout dans la cuisine, raconte Bonnie. Avec de l’aide et une grande dose de patience, j’ai acquis assez de confiance pour couper des légumes, désosser des morceaux de viande et servir des repas de poulet.”

Bonnie a terminé avec succès le programme Dinner Bell de l’Armée du Salut à Campbell River, en Colombie-Britannique – un partenariat établi en 2013 entre les services Island Health, Campbell River Mental Health et Substance Use (MHSU), et les ministères Ocean Crest de l’Armée du Salut.

“Le programme offre une formation et un mode d’alimentation qui favorisent la santé et le bien-être des personnes aux prises avec des troubles de santé mentale”, explique Sean Junglas, de l’Armée du Salut.

Les stagiaires travaillent pendant six mois dans une cuisine commerciale avec Connie Preston, chef et coordonnatrice du programme. Une solide formation de base en cuisine permet aux étudiants de trouver un emploi dans la restauration. De fabuleux plats surgelés, cuisinés dans le cadre du programme, sont vendus à prix raisonnable à d’autres clients, ce qui réduit leurs problèmes d’alimentation et de pauvreté.

“J’adore entendre des commentaires d’étudiants qui ont réussi, déclare la chef Connie. Le programme est un moyen novateur d’aider les laissés-pour-compte à trouver l’espoir et à se réaliser.”

Les étudiants et les diplômés signalent de nombreux changements positifs : amélioration de leur état de santé, développement de leurs compétences et augmentation de la confiance en soi et de l’estime de soi. Ils atteignent des objectifs personnels (p. ex, cuisiner pour la famille et les amis, poursuivre des études et obtenir un emploi dans la collectivité).

Bonnie cuisine maintenant avec compétence des plats simples, et a remplacé les repas congelés ou à emporter par des choix plus sains. Une de ses spécialités est la spanakopita, une délicieuse tourte remplie d’une garniture aux épinards et au fromage féta.

“J’ai fait du chemin, conclut Bonnie. Il y a un an, j’étais paralysée de peur dans ma cuisine. J’avais le cœur qui battait à tout rompre. Maintenant, j’aime cuisiner et je mange sainement.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Articles connexes

Comment un toxicomane a reconstruit sa vie

Comment un toxicomane a reconstruit sa vie

04
.16

Cory, âgé de 30 ans, a failli réussir sa tentative de suicide. Après des semaines passées à l’hôpital, il a cherché sur l’Internet des centres de traitement des dépendances. C’est ainsi qu’il a pris connaissance du Centre of Hope de