Le programme Healthy Eating Kitchen de l’Armée du Salut à Vancouver améliore les compétences et l’avenir des participants

Le programme Healthy Eating Kitchen de l’Armée du Salut à Vancouver améliore les compétences et l’avenir des participants

10
.09

Il y a six mois, Angela et ses parents vivaient dans les nuages toxiques du smog, à Shanghai, la plus grande ville de Chine. Les épisodes de pollution grave devenaient plus fréquents et, en raison des risques que la situation présentait pour leur santé, ils ont décidé de partir, en abandonnant leur vie aisée et tout ce qui leur était familier.

Une intégration difficile

“Nous avons choisi Vancouver pour plusieurs raisons, explique Angela, notamment l’environnement sain, les possibilités dans le domaine de l’éducation et le climat tempéré. Cependant, le changement de vie n’a pas été facile.”

Angela a eu de la difficulté à s’acclimater à une nouvelle collectivité et à une nouvelle culture. Comme elle parlait très peu anglais, il était difficile pour elle de se faire des amis. En outre, l’anxiété causée par la séparation avec sa famille élargie et son pays était par moments très pénible.

“Quand je suis arrivée au Canada, je ne visais pas la réussite, précise Angela, je voulais seulement survivre.”

Plus qu’un cours de cuisine

“La Sally Ann’s Kitchen a pour but d’aider les personnes vulnérables, comme les immigrants et les mères seules, à vaincre des obstacles tels que la mauvaise alimentation et la difficulté d’établir un budget et de planifier les repas », explique Joseph Fong, intervenant aux services communautaires et d’aide à la famille de l’Armée du Salut à Vancouver. « Un grand nombre de participants vivent dans le quartier Downtown Eastside, où l’incidence de la pauvreté est très élevée.”

En octobre 2013, le premier groupe de 12 finissantes du programme ont reçu un certificat. Âgées de 20 à 60 ans, elles savent désormais qu’il n’est pas nécessaire d’avoir beaucoup d’argent pour bien manger.

Cinq sessions seront offertes en janvier, en mars, en avril, en juin et en juillet. L’objectif consiste à créer un groupe d’échanges de plats maison.

“Les échanges de plats maison et de recettes permettent aux finissantes d’enrichir leur fichier de recettes. Ils leur donnent également la possibilité de nouer des amitiés avec des personnes de la collectivité qui peuvent les aider.”

La route du succès

Après avoir appris à cuisiner maison d’une manière efficiente, à lire les étiquettes sur les produits et à rechercher des ingrédients sains, Angela estime que le programme l’a aidée à surmonter les difficultés liées à un changement de mode de vie.

“J’ai appris à préparer 12 nouveaux plats, comme la soupe aux haricots noirs et le poulet au cari vert, raconte fièrement Angela. En outre, je me suis fait des amies, j’ai amélioré mon anglais, j’ai développé un sentiment d’appartenance et je me sens à nouveau utile.”

“La Sally Ann’s Kitchen a joué un rôle énorme dans ma vie.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Articles connexes

Comment un toxicomane a reconstruit sa vie

Comment un toxicomane a reconstruit sa vie

04
.16

Cory, âgé de 30 ans, a failli réussir sa tentative de suicide. Après des semaines passées à l’hôpital, il a cherché sur l’Internet des centres de traitement des dépendances. C’est ainsi qu’il a pris connaissance du Centre of Hope de