Cedarbrae cooking

Une cuisine communautaire procure nourriture et espoir

10
.28

Darlene, âgée de 41 ans, n’avait jamais pensé qu’elle devrait un jour renoncer à ses choix santé et compter sur la générosité des gens pour se nourrir. Lorsque sa vie est devenue trop difficile, elle a demandé de l’aide à l’Armée du Salut. Aujourd’hui, elle est plus forte, plus débrouillarde et plus résiliente que jamais.

“Les deux dernières années ont été douloureuses et angoissantes, raconte Darlene. Des blessures causées par un grave accident de voiture m’ont obligée à quitter mon emploi de gardienne d’enfants. Mon ami m’a laissée quand il a appris que j’étais enceinte, et mes deux parents sont atteints de la maladie d’Alzheimer.“

Après la perte imprévue de son emploi, Darlene n’avait plus les moyens de se nourrir. À la banque alimentaire de Cedarbrae (Ontario), elle a reçu un sérieux coup de main. On l’encourage à choisir les aliments qu’elle voulait sur les tablettes. En outre, elle bénéficie d’un lieu sûr pour exprimer ses émotions et elle participe à la cuisine communautaire où elle se fait des amis, mange des aliments sains et apprend des recettes créatives qui conviennent à son budget.

“L’Armée du Salut m’a aidée à réduire mon stress, explique Darlene. Avant de suivre les cours de cuisine, j’évitais certains aliments parce que je ne savais pas comment les apprêter. Le cours m’a donné un sentiment de réussite et m’a encouragée à manger sainement, ce qui m’aide à gérer mon diabète et ma grossesse. Ce cours ne me permet pas seulement d’acquérir de nouvelles recettes. Il ensoleille ma journée et je me sens bien.“

Les cours abordent des sujets comme la planification des repas, les rudiments de la nutrition et la façon de préparer des aliments sains et économiques. Après la leçon, les clients ont la possibilité de préparer des plats et de les manger.

“Nous ne leur disons pas que nous allons préparer un repas sain pour eux, explique Tara Hart, qui donne le cours de cuisine. Nous leur apprenons les compétences nécessaires pour qu’ils puissent le faire eux-mêmes. En les habilitant, nous les plaçons sur la voie de la réussite.“

“Seule, je ne suis pas très forte, admet Darlene. Mais avec l’aide de l’Armée du Salut, je suis plus solide. Je règle les problèmes qui se présentent à moi – une journée à la fois“

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Articles connexes