Word Cloud French

Les nombreux avantages des jardins communautaires

04
.28

À Fort Erie, en Ontario, des nouveaux arrivants et des familles à faible revenu trouvent l’espoir et une meilleure qualité de vie dans un lieu inattendu : un jardin communautaire de l’Armée du Salut.

« En cultivant leur jardin, les gens vulnérables trouvent la sécurité alimentaire, l’amitié, un but, un sentiment d’appartenance, et bien d’autres choses », déclare Anne Watters, intervenante aux services communautaires et d’aide à la famille de l’Armée du Salut.

Le jardin communautaire n’est plus seulement un passe-temps ou un lieu où cultiver des aliments sains. Il est devenu un lieu d’enseignement où on apprend de nouvelles compétences comme le compostage et le recyclage, un lieu de rassemblement qui favorise la socialisation et les relations interculturelles, et une source d’aliments qui offre des solutions intéressantes aux personnes dont le budget est serré.

« Notre programme n’est pas étendu », explique Anne Watters en parlant des douze lots de 1,20 m sur 1,80 m. « Cependant, nous changeons des vies. »

Une participante était itinérante « chronique ». Le fait d’avoir son propre petit jardin lui a donné un but : un lieu où aller et quelque chose à faire. Elle est fière de cultiver ses propres légumes et elle partage avec d’autres qui sont dans le besoin.

Un couple originaire d’Haïti vivait en appartement et déplorait de ne pouvoir cultiver un jardin, comme ils en avaient l’habitude auparavant. Au jardin communautaire, ils ont trouvé des amis et un lieu où retrouver leurs racines culturelles.

Des personnes à faible revenu ne se sentent plus prises au piège de la pauvreté et de l’insécurité alimentaire. Le jardin communautaire leur offre des aliments sains et améliore leur santé et leur bien-être.

Le jardin communautaire a favorisé un sentiment de dignité au sein d’un groupe d’aînés. Non seulement ils se sont sentis valorisés en transmettant leurs compétences en jardinage, mais l’activité physique leur a permis de conserver leur force et de maintenir leur autonomie.

« Le jardin communautaire aide les gens à renouer des liens avec leur collectivité, les motive à apporter des changements dans leur vie, et les rend heureux, conclut Anne Watters. Ce qui était auparavant une parcelle de terre infestée de mauvaises herbes procure aujourd’hui beaucoup d’espoir. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Articles connexes