Pour la moitié du monde, chaque jour est la Journée de la malaria

Les nouveaux arrivants reçoivent un bon accueil

04
.23

Vivian Gatica –

Statistique Canada signale que plus d’un million de personnes ont immigré au Canada entre 2006 et 2001. Les immigrants nés à l’étranger sont maintenant près 6,8 millions, et représentent plus de 20 % de la population totale.

À leur arrivée, ces nouveaux arrivants rencontrent des obstacles – langue, culture, barrières juridiques, etc. – qui les empêchent de s’intégrer à la société. C’est là que l’Armée du Salut entre en scène.

Services aux réfugiés et aux immigrants – Atlantique

Les services aux réfugiés et aux immigrants de l’Atlantique offrent aux nouveaux arrivants de l’aide pour renouveler leur carte de résident permanent, faire une demande de citoyenneté et remplir divers formulaires d’immigration, notamment ceux qui ont trait au regroupement familial.

« Lorsque les nouveaux immigrants arrivent au Canada, tout leur paraît étrange et différent, explique Marie Kettle, coordonnatrice du programme. S’ils ont laissé des membres de leur famille derrière eux, l’anxiété et le stress rendent plus difficile leur établissement et leur intégration. Il est tellement gratifiant de voir des familles réunies, et des conjoints arriver avec un enfant que l’autre parent n’a pas encore rencontré. »

Le programme vient en aide à environ 30 clients par mois.

Services aux immigrants et aux réfugiés – Toronto

Au Harbour Light Ministries de Toronto, l’Armée se dévoue depuis plus de 20 ans au service des nouveaux arrivants, par le truchement de ses services aux immigrants et aux réfugiés.

« Nous avons gagné le respect non seulement des personnes que nous aidons, mais également d’autres agences et programmes gouvernementaux », raconte Angelica Correa, coordonnatrice du programme.

Selon Statistique Canada, Toronto a une des populations immigrantes les plus élevées – plus de 2,5 millions, – soit 46 % de la population de la ville.

Les services offerts comprennent de l’accompagnement au cours des aspects techniques du processus d’immigration, de l’aide au logement, la communication d’adresses d’organismes communautaires, des cours d’anglais langue seconde, ainsi que du soutien éducatif et psychologique.

Les services viennent en aide à environ 700 familles, chaque année.

Centre de ressources familiales Barbara Mitchell

Winnipeg compte 147 295 immigrants – près de 21 % de sa population totale. En 2011 seulement, Statistique Canada a signalé l’arrivée de 45 300 nouveaux arrivants dans cette région. La mission du centre de ressources familiales Barbara Mitchell – inauguré en 2012 – est axée sur la population immigrante.

Le centre vient en aide à 300 personnes chaque semaine. Les ressources sont diverses : aide à l’emploi, distribution de nourriture et programmes consacrés aux familles et aux jeunes.

« À leur arrivée au Canada, les nouveaux arrivants ont l’espoir d’une vie meilleure, raconte la major Corinne Cameron, directrice générale de l’établissement. Nombreux sont ceux qui ont vécu des traumatismes importants, et tous ont laissé une certaine partie de leur famille derrière eux. Ils commencent par suivre un programme de deux semaines offert par le gouvernement provincial, puis, ils doivent se débrouiller. Nos programmes leur permettent d’acquérir un sentiment d’appartenance à la collectivité, un réseau de soutien et des moyens de répondre à leurs besoins fondamentaux. »

Services aux immigrants et aux réfugiés – Montréal

À Montréal, 23 % de la population totale sont des immigrants. Après avoir constaté un besoin, la citadelle de Montréal a lancé son propre programme à l’intention des immigrants et des réfugiés.

« Ce programme offre une gamme de services holistiques aux immigrants et aux réfugiés », explique Louise Fernandez, coordonnatrice du programme.

Le programme offre à ses clients diverses formes de soutien dans divers domaines : immigration, aide au logement, acclimatation à la société canadienne et aide psychologique. Souvent, les clients sont envoyés au programme par le truchement de la banque alimentaire de l’église.

« Dans bien des cas, nous sommes leur première famille [au Canada], raconte Louise Fernandez. L’Armée du Salut leur offre de l’espoir. Nous accueillons les gens sans discrimination fondée sur l’âge, la race, l’origine, le pays ou le statut d’immigrant : rien de tout cela n’a d’importance. »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Articles connexes