Aider une mère à rebâtir sa vie

05
.10

Gladys et sa famille ont fait face à de nombreux défis lorsqu’ils ont décidé de s’installer à Calgary. Originaires du Nigeria, ils avaient émigré au Royaume-Uni, mais en raison d’un taux de chômage élevé et d’un avenir incertain, Gladys et son mari ont décidé de venir au Canada pour élever leur petite fille.

« Repartir de zéro a exigé beaucoup d’efforts, déclare Gladys. Le coût élevé du transport nous a forcés à laisser la plupart de nos biens derrière. Nous n’avions ni famille ni amis à Calgary, et devions embrasser une nouvelle culture. J’étais angoissée et stressée. »

Gladys a appris que le centre de ressources familiales Barbara Mitchell de l’Armée du Salut offrait des ateliers gratuits sur la préparation des déclarations de revenus. Ne sachant pas trop comment fonctionne le système fiscal canadien, le mari de Gladys a profité du programme. Par la suite, la famille a été invitée à assister à des séances d’information et à participer à des activités, par exemple des soirées cinéma, des fêtes d’anniversaire, etc.

« Nous avons pu ainsi nous faire des amis et passer de bons moments en compagnie de personnes qui avaient notre bien-être à cœur. Ma fille aimait beaucoup jouer, écouter des histoires et faire des arts plastiques avec les autres enfants. Je me souviens d’un jour où j’étais malade et ne pouvais ni conduire ni prendre l’autobus. Ma fille ne voulait pas manquer ses activités au centre et m’a suppliée de prendre un taxi. Je n’avais pas le choix », raconte Gladys en riant.

« Le centre offre notamment des programmes d’initiation à l’informatique, de préparation à l’éducation et à l’emploi et des cours de lecture pour les enfants, qui aident les nouveaux arrivants à mieux connaître la société canadienne et à s’y intégrer », explique Karen Livick, directrice générale du centre.

« Lorsque vous arrivez dans un nouveau pays, vous avez besoin de soutien psychologique et affectif, dit Gladys. Le fait qu’un groupe de personnes inconnues soient disposées à faciliter mon intégration dans la société m’a énormément touchée. L’Armée du Salut est devenue ma famille, et chaque fois que je franchis la porte du centre, je me sens chez moi. »

160515sw/sc

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Articles connexes