Un programme qui aide les jeunes à risque

06
.10

Le vendredi soir, dans le poste de l’Armée du Salut de Weston, un quartier du nord de Winnipeg, les filles font des bracelets avec des élastiques, et les garçons jouent à des jeux de société. On peut entendre leurs rires et leur joie résonner entre les murs, et ce malgré le fait qu’un grand nombre d’entre eux ont peu d’espoir pour l’avenir.

Autrefois, ce quartier s’appelait « ville du Canadien Pacifique », car de nombreux cheminots y résidaient. Son déclin coïncide avec la fermeture des entreprises qui y fleurissaient.

« Les participants proviennent de milieux fragilisés et instables, dit la lieutenante Tina Phanthaamath, pasteure de l’église. Nous faisons naître l’espoir dans un quartier violent et pauvre qui compte beaucoup de familles éclatées. »

Le poste offre aux jeunes à risque un lieu sécuritaire pour se rassembler, acquérir les aptitudes nécessaires à la vie courante, se faire de nouveaux amis, et vivre des expériences qu’ils ne vivraient pas autrement.

« Je ne suis jamais allé à un centre de trampoline », dit un participant. « C’est mon premier frappé aux fruits », ajoute un autre. « Moi, j’ai appris que manger une tortilla était meilleur pour la santé que manger un petit pain », précise un troisième.

Socialisation, information et astuces sont au cœur de ce programme dont le but est d’outiller les jeunes afin qu’ils évitent la rue et réussissent dans la vie.

« Un trop grand nombre d’enfants et de jeunes ne se projettent pas dans l’avenir, dit Tina. L’Armée du Salut leur offre un lieu sécuritaire et positif où ils peuvent établir une relation avec un mentor, nouer des relations positives, vivre de nouvelles expériences, et développer la confiance en soi et les compétences qui leur serviront toute leur vie. »

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Articles connexes