Combattre la faim, même le week-end

03
.31

Lorsque les membres de l’Armée du Salut de Wetaskiwin, en Alberta, ont appris que des élèves des écoles primaires de leur collectivité ne mangeaient pas à leur faim la fin de semaine, ils ont mis sur pied un programme qui permet aux enfants d’améliorer leur rendement scolaire, et aux parents de souffler un peu.

« J’ai été surpris d’apprendre qu’autant d’enfants allaient à l’école le ventre vide, dit le lieutenant Dae-Gun Kim de l’Armée du Salut. Ils ne peuvent pas préparer leur avenir si la faim les tenaille. »

Selon un rapport de l’organisme Public Interest Alberta, 29 000 des 84 000 enfants qui vivent dans la pauvreté ont moins de six ans.

Pendant un an, l’Armée du Salut, de concert avec le maire de la municipalité et les représentants du ministère de la Santé et de huit écoles, a élaboré le programme « Prends soin de mes agneaux » qui subvient aux besoins alimentaires des enfants pendant la fin de semaine.

« Il y a des programmes en place pour veiller à ce que les élèves commencent la journée avec un bon petit déjeuner et prennent une collation santé, dit le lieutenant, mais il n’y a aucune structure en place pour voir à ce que les enfants mangent le samedi et le dimanche? »

Chaque mercredi, des bénévoles de l’Armée remplissent 160 sacs avec des aliments sains et faciles à préparer comme des céréales, du gruau, du macaroni au fromage et des pâtes en boîte. Ces sacs, qui sont distribués par les écoles le vendredi, comprennent aussi des jus et des coupes de fruits. La distribution a commencé au début de février et cessera à la fin des classes.

« Afin que les enfants puissent garder leur dignité et ne soient pas étiquetés comme étant pauvres, aucun sac n’arbore le logo de l’Armée du Salut. Tous les enfants ont le droit de rêver à leur avenir. Toutefois, ils ne peuvent pas y arriver s’ils ont faim », ajoute le lieutenant.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Articles connexes