southlandsgarden.1

À Winnipeg, de nouveaux arrivants récoltent l’espoir grâce à un jardin communautaire de l’Armée du Salut

06
.02

Au cours des dernières années, Winnipeg a connu un afflux de nouveaux arrivants, dont un grand nombre font face à des problèmes de sécurité alimentaire.

En 2009, Dil a quitté le Bouthan pour immigrer au Canada avec sa femme et ses enfants. Il voulait cultiver un potager pour subvenir aux besoins de sa famille, mais il habitait un appartement qui n’était pas doté d’une cour.

Originaire de la Chine, Li, mère seule de deux jeunes enfants, voulait procurer à ces derniers des aliments sains à un coût abordable.

À l’aube de l’été, leur rêve de disposer de produits frais, nutritifs et à faible coût est sur le point de se concrétiser. En effet, l’église communautaire de l’Armée du Salut de Southlands (Winnipeg-Sud) a mis sur pied un projet de potager divisé en 28 parcelles, qui est devenu un outil pratique pour les nouveaux arrivants.

« De nombreux utilisateurs du jardin sont en plein processus de réinstallation et habitent dans des appartements jusqu’à ce qu’ils trouvent du travail, explique le capitaine Peter van Duinen. Le jardin est un endroit où ils peuvent trouver du soutien émotionnel, cultiver des produits de leur terroir respectif, discuter et échanger des recettes. Des personnes de tous âges et de tous horizons s’y donnent rendez‑vous. »

Le potager sert également à assurer la sécurité alimentaire des participants qui cultivent leurs propres légumes.

« Je cultive des légumes pour nourrir ma famille, raconte Dil. Mon épouse est malade et reste à la maison. Mon fils, ma fille et moi travaillons dans le jardin. »

« L’Armée du Salut est reconnaissante au réseau communautaire de Fort Garry et à Healthy Together Now de leur subvention, et à l’entreprise Turf Boss qui a aménagé le jardin, déclare le capitaine van Duinen.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes

Brantford.volunteer

Donner un peu d’espoir à Noël

12
.05

Marg James, 64 ans, connait les vicissitudes de la pauvreté, les fins de mois difficiles et la pression d’offrir des cadeaux et de préparer un repas de Noël. « Un incident a changé le cours de mon existence, raconte-t-elle. J’ai eu besoin

Jason-FR

La Course du Père Noël transforme des vies

11
.23

« Cher Père Noël : Maman dit que nous n’avons pas les moyens d’acheter des biscuits cette année, seulement du lait. » Jason Le temps des Fêtes est habituellement une période de réjouissances, mais également de préoccupations et de contraintes