Pine.Lake_.web_

Présent auprès des jeunes, même après le camp

08
.02

Pour les enfants démunis, passer une semaine au camp leur permet de mettre de côté les défis liés à la pauvreté, de fuir le quotidien, d’améliorer leurs aptitudes interpersonnelles et d’acquérir de la confiance en soi. Mais, que leur arrive-t-il ensuite?

« Nous devons repenser les fondements des camps d’été », déclare la capitaine Ruth Gillingham, directrice du camp, à Pine Lake, en Alberta. « Pendant le camp, les enfants acquièrent de nouvelles compétences, nouent des amitiés et emmagasinent des souvenirs impérissables. Mais notre influence ne doit pas s’arrêter là. Il faut être présent auprès des enfants et de leur famille après leur séjour au camp, et ce, afin de cerner leurs besoins, de les appuyer et de faire partie intégrante de leur vie. »

Un grand nombre d’enfants proviennent de familles marginalisées, à faible revenu ou d’accueil. Leur passage au camp sera leur seul moment de répit de l’été. « Notre ministère et notre aide ne font que commencer au camp », indique la capitaine Gillingham.

Pendant la saison estivale, la capitaine et des intervenants formés pour travailler auprès des jeunes collaborent avec les services sociaux et d’aide à la famille pour veiller à ce que les liens créés avec les jeunes campeurs et leur famille se cimentent après leur visite au camp.

« Nous avons établi un système qui fait en sorte que l’Armée du Salut n’est pas uniquement présente pendant une semaine dans la vie des enfants, mais active tout au long de leur adolescence. Nous incitons les postes à envoyer des “compagnons” au camp avec les enfants, de sorte que lorsque les jeunes rentrent à la maison, un lien a été établi. Nous croyons qu’il est important d’accompagner un enfant au camp, et non d’envoyer un enfant au camp », précise la capitaine.

« Nous espérons qu’en interagissant directement avec les enfants après leur séjour au camp, ils n’oublieront pas ce qu’ils ont appris. Il faut privilégier une approche globale qui mise sur les soins émotifs, physiques et spirituels. Notre objectif est que les jeunes maintiennent leur engagement et soient heureux, en santé et en sécurité. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes

communitykitchen.web

Les ingrédients de la réussite

11
.07

En raison de ses crises de panique, Courtney, âgée de 28 ans, ne pouvait plus quitter sa maison. Son trouble d’anxiété social et son TSPT lui empoisonnaient l’existence. Aujourd’hui, elle participe aux cuisines collectives organisées par l’Armée du Salut où, en