John.web_3128

L’Armée du Salut comble un vide en santé mentale

10
.27

Chaque fois que John, un résident de Winnipeg, recevait son congé de l’hôpital après avoir été soigné pour des problèmes de santé mentale, il ne savait pas où aller. Aujourd’hui, il participe au programme de soins en établissement Le Havre qui met l’accent sur le développement des compétences des personnes qui souffrent de maladie mentale afin qu’elles puissent réussir leur réinsertion sociale.

« Sans l’Armée du Salut, je serais à l’hôpital, dit John. D’ailleurs, j’y ai passé presque toute ma vie. »

La vie de John a basculé à l’instant où ses parents ont divorcé. Il n’avait que 10 ans quand il a été placé en famille d’accueil, puis en centre jeunesse. Là, il a été victime de sévices physiques et émotionnels. Maintenant âgé de 40 ans, John n’a jamais vécu dans un foyer aimant, chaleureux et permanent.

« À cause de tout ce que j’ai vécu, j’ai de la difficulté à faire confiance aux gens. Je souffre d’un TSPT, d’angoisse sociale, de paranoïa et d’autres troubles de la personnalité. J’aimerais me sentir mieux. »

Le Havre est une bouée pour tous les hommes qui sont passés entre les mailles du filet. Nos employés attentionnés leur servent de guide. Ils les préparent à vivre de nouveau en société en leur fournissant l’aide nécessaire à la compréhension de leurs problèmes de santé mentale et en leur apprenant à gérer un budget. Le programme met aussi l’accent sur le développement des compétences nécessaires dans la vie courante et favorise le rattrapage scolaire.

« Bien souvent, en raison de leur vécu et de leurs problèmes, les résidents ont une image biaisée d’eux-mêmes, indique May Ola, coordonnatrice du programme. Nous les appuyons, les encourageons et les outillons pour qu’ils deviennent indépendants et se sentent importants. »

« J’ai trouvé une famille à l’Armée du Salut, dit John. Je fais de plus en plus confiance aux gens et je me sens aimé. Quand j’aurai fini de mettre de l’ordre dans ma vie, j’aimerais bien me trouver un emploi. Je lorgne du côté de la santé mentale. Je suis content, car je peux prendre un nouveau départ, un jour à la fois. »

Que pouvons-nous faire?

  • Écouter : prêter une oreille attentive et respectueuse peut tout changer.
  • Prendre parole : sensibiliser les gens aux problèmes de santé mentale et plaider en faveur de politiques à cet égard.
  • Comprendre : la maladie mentale est une maladie sérieuse au même titre que toutes les autres maladies.
  • Donner : faire un don à l’Armée du Salut qui soutient les personnes qui souffrent de maladie mentale.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes

communitykitchen.web

Les ingrédients de la réussite

11
.07

En raison de ses crises de panique, Courtney, âgée de 28 ans, ne pouvait plus quitter sa maison. Son trouble d’anxiété social et son TSPT lui empoisonnaient l’existence. Aujourd’hui, elle participe aux cuisines collectives organisées par l’Armée du Salut où, en