Shannon-WebFeature-2

Une vie sans drogue, c’est possible!

10
.20

Avant de suivre le traitement de toxicomanie offert par l’Armée du Salut, Deena (nom fictif) consommait quotidiennement, souffrait d’anxiété et de dépression et avait une relation houleuse avec sa mère. Aujourd’hui, elle travaille, fréquente l’université, est entraineuse sportive et ne prend plus de drogue.

« Le programme comble une lacune dans notre collectivité. Il vient en aide aux jeunes qui ont ou qui sont susceptibles d’avoir des démêlés avec la justice ou qui ont vécu des expériences difficiles comme l’itinérance, la toxicomanie ou l’éviction scolaire », précise Julia Parker, directrice générale des services correctionnels et de justice de l’Armée du Salut, à London, en Ontario.

Deena prenait de la drogue tous les jours lorsqu’elle a commencé le programme. De plus, des problèmes de santé mentale non diagnostiqués ne lui permettaient pas de fonctionner normalement. Dans le cadre du programme, il a été possible de cerner ses problèmes et de mettre en place une structure qui répondait à ses besoins. Deena a intégré l’université et ne consomme plus depuis plus de deux ans.

« Un nombre considérable de participants ont indiqué que leur situation s’était améliorée après avoir pris part au programme », indique Julia. Certains vont à l’école ou songent à y retourner, d’autres ont renoué avec leur famille ou cessé de consommer. Plusieurs sont actifs dans des organismes communautaires et ont établi des liens solides avec des ressources du milieu.

« Nous devons appuyer ces jeunes, car un grand nombre d’entre eux habitent dans des régions rurales où aucun traitement n’est offert », précise Julia.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes

communitykitchen.web

Les ingrédients de la réussite

11
.07

En raison de ses crises de panique, Courtney, âgée de 28 ans, ne pouvait plus quitter sa maison. Son trouble d’anxiété social et son TSPT lui empoisonnaient l’existence. Aujourd’hui, elle participe aux cuisines collectives organisées par l’Armée du Salut où, en