Une nouvelle maman se prend en main et brise le cycle de la pauvreté

Une nouvelle maman se prend en main et brise le cycle de la pauvreté

02
.19

Pendant la plus grande partie de sa vie, Holly a dormi dans la rue ou chez des amis. Elle sautait des repas pour payer les factures et mendiait pour manger. Maintenant nouvelle maman, Holly veut améliorer sa situation. Grâce à l’Armée du Salut, elle a désormais accès à des ressources qui lui permettront de briser le cycle de la pauvreté.

« J’ai eu une jeunesse difficile, explique Holly, âgée de 24 ans. Ma mère était alcoolique et j’ai quitté le foyer familial à 16 ans. J’ai essayé d’être responsable, mais j’avais toujours du mal à trouver de la nourriture et un endroit pour vivre. Ma situation a empiré, et j’ai dû quitter l’école. Puis, je me suis retrouvée à la rue. Quand vous êtes pauvre et sans abri, les gens ne vous voient pas comme un être humain. »

Quand Holly est tombée enceinte, une amie lui a parlé du programme Buns in the Oven, offert par le Centre Bethany Hope de l’Armée du Salut, à Ottawa. On y dispense une formation sur la santé et la nutrition, la grossesse et les bébés et sur la façon d’obtenir de l’aide alimentaire et des services sociaux.

« J’ai reçu un grand soutien du Centre, dit Holly. J’ai maintenant des objectifs et des rêves, et ma famille et moi avons l’occasion de sortir de la pauvreté. »

La pauvreté continue d’être un obstacle important à la réussite des jeunes familles. La mission du Centre Bethany Hope est de soutenir les parents dans les moments difficiles et de leur fournir les outils nécessaires qui leur permettront de devenir autonomes.

« J’ai appris à faire l’épicerie et à cuisiner en respectant un budget, explique Holly. J’ai acquis des compétences sur la santé et le rôle de parent et j’ai accès à des produits alimentaires sains. Ma situation s’est grandement améliorée. »

Holly est actuellement inscrite à un programme visant à aider les jeunes à terminer leurs études secondaires.

« J’aimerais aller à l’université et étudier la psychologie, dit Holly. J’aimerais pouvoir défendre les droits des sans-abri et conscientiser les gens au fléau de la pauvreté.

« L’Armée du Salut m’a aidée à retrouver mon estime de soi, à accroître ma confiance en moi et à aller de l’avant. On ne m’a pas jugée ni considérée seulement comme une cliente, mais comme une personne qui a de l’importance. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes