Survivre à la violence

Survivre à la violence

02
.19

Prise au piège dans une relation de violence, Isobel redoutait les conséquences qu’engendrerait l’abandon du domicile conjugal. Rassemblant son courage, elle y est parvenue. Ce fut une première étape vers la guérison. « Je suis la preuve vivante qu’on peut avoir une deuxième chance dans la vie, explique Isobel. Et c’est grâce à l’Armée du Salut que je l’ai obtenue. »

Pendant des années, Isobel a été victime de sévices psychologiques de la part de son conjoint. Il lui disait qu’elle était laide, grosse, peu attirante, et que personne ne voulait d’elle. Quand Isobel a reçu un diagnostic d’arthrose dans les genoux, les menaces et la manipulation ont escaladé.

« J’avais de fortes douleurs et me servais d’un déambulateur pour me déplacer en attendant de subir une opération. C’est à ce moment que mon conjoint m’a jetée au sol, confie Isobel. Il m’a laissée sur le plancher en me disant que je ne valais rien. C’est à ce moment que j’ai décidé de mettre un terme à notre relation. »

Le conjoint d’Isobel ne travaillait pas et était souvent à la maison. Lorsqu’il est allé à un rendez-vous chez le dentiste, Isobel en a profité pour ramasser en vitesse quelques vêtements et aller se réfugier dans un centre d’hébergement pour femmes. Elle a ordonné à son conjoint de quitter le foyer et a demandé au propriétaire de changer les serrures. Mais une intervenante du refuge lui a conseillé de ne pas retourner chez elle.

« La travailleuse sociale craignait pour ma sécurité, explique Isobel. Six jours plus tard, j’ai trouvé un nouvel appartement. »

Bien qu’Isobel fût heureuse à l’idée de déménager, la douleur dans ses genoux l’empêchait de marcher, et elle n’avait suffisamment d’argent pour payer le premier mois de loyer. La travailleuse sociale lui a conseillé de communiquer avec le Centre of Hope de l’Armée du Salut, à London (Ontario).

« J’espérais que l’Armée du Salut m’aide à trouver un déménageur et l’argent pour payer le premier mois de loyer, explique Isobel. Mais ce qu’on a fait pour moi est extraordinaire. »

L’Armée du Salut a fourni à Isobel de la nourriture et des produits hygiéniques, et trouvé l’argent pour le loyer et un déménageur.

« Ça faisait longtemps que quelqu’un ne s’était pas préoccupé de moi, dit Isobel. Je n’en reviens toujours pas. Aujourd’hui, j’ai deux nouveaux genoux et je prends goût à la vie. C’est en grande partie grâce à l’Armée du Salut que j’ai pu me remettre sur pied. Cette organisation a été ma bouée de sauvetage au moment où j’en avais le plus besoin. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes

Une cuisine ambulante pour nourrir les démunis à Halifax

Une cuisine ambulante pour nourrir les démunis à Halifax

03
.21

L’unité d’intervention communautaire (une cantine ambulante à Halifax) distribue de la nourriture aux personnes qui ne mangent pas à leur faim, procure des bottes d’hiver aux sans-abri, prête une oreille attentive aux personnes vulnérables et veille sur eux pendant les

Un camp unique pendant la semaine de relâche

Un camp unique pendant la semaine de relâche

03
.13

Regent Park est l’un des quartiers de Toronto où le taux de pauvreté infantile est le plus élevé. Pour donner aux enfants un coup de pouce et les aider à échapper à leur milieu familial, l’Armée du Salut leur propose