14-12-24_xmas-nativity

Avons-nous vu la lumière?

12
.24

Se peut-il qu’au milieu des lumières éclatantes de Noël nous puissions ne pas voir la vraie lumière du monde?

 

Général André Cox

Dans le monde d’aujourd’hui, nous voyons souvent des gens qui choisissent d’ignorer le sens véritable du message de Noël. Pour beaucoup, c’est une période de l’année chargée, avec une foule d’activités dans la précipitation. Il semble que nous soy­ons sous la pression de nombreuses exigences, avec une myriade de choses à préparer. Dans nos sociétés de consommation où la recherche de satisfaction personnelle est impor­tante, beaucoup de personnes seront malheureusement embarquées dans le tourbillon ardu des fêtes de Noël, des concerts et des achats.

Toutefois, pourquoi cela devrait-il nous inquiéter? Lorsqu’on lui a demandé quel était le plus grand des commandements, Jésus a répondu : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme et de toute ta pensée. C’est le premier et le plus grand commandement. Et le second est : “Tu aimeras ton prochain comme toi-même.” Toute la Loi et les Prophètes dépendent de ces deux com­mandements. » (Matthieu 22 : 37-40)

À une période de l’année trop souvent caractérisée par l’excès et la sur consommation de ceux qui ont la chance de tant avoir, nous avons l’occasion de renvoyer des valeurs plus fortes et de penser à ceux qui ne peuvent même pas rêver d’avoir les nombreuses cho­ses matérielles qui nous semblent normales.

 

Une génération jugée

Cox_Andre_Gen_sml-240x300Le poète ecclésiastique anglais du XVIIe siècle, John Donne, l’a remar­qué avec justesse dans ce texte célèbre :« Aucun homme n’est une île, entière­ment isolé; chaque homme est partie du continent, partie du tout. La mort de n’importe quel homme me diminue, parce que je fais partie de l’humanité, aussi ne demande jamais pour qui sonne le glas; il sonne pour toi. » (Médi­tation n° 17, dans Dévotions sur des occasions émergentes).

Comme il peut être facile de recher­cher ses propres plaisirs égoïstes en ignorant la situation dramatique d’un quart de la population mondiale. On nous dit qu’il y a environ 2,4 milliards de gens qui vivent avec moins de 2 $ par jour, tandis qu’environ 1,1 milliard sont forcés de vivre avec moins de 1 $ par jour. Si vous avez jamais essayé de vivre avec ça, vous savez quelle lutte phéno­ménale cela représente. La réalité est, bien sûr, qu’une proportion très impor­tante de la population mondiale le fait parce que, bien qu’elle n’y soit pour rien, ses choix et ses opportunités sont limités.

Nous ne pouvons pas demeurer insensibles ou indifférents, et il nous est justement rappelé : « Il se pourrait que nous soyons le seul moyen dont dispose Dieu pour toucher les gens autour de nous par son amour, pour les mettre en contact avec sa Parole, pour leur permettre de découvrir sa grâce salvatrice » (tiré de Jésus maintenant, de Leslie Brandt). C’est ce que le Christ veut faire à travers vous et moi. En saisissant cela, nous nous approcherons du coeur de ce qu’est réellement la fête de Noël. En comprenant sa signification profonde, nous ne pouvons plus ne penser qu’à nos désirs et nous pouvons librement ouvrir nos coeurs à ceux qui ont besoin de connaitre le beau message de Noël au travers d’un geste bon et désintéressé.

Je me demande quelquefois comment l’histoire jugera notre génération. La plupart d’entre nous reçoivent une meilleure éducation que nos pères et nous avons bien plus de richesses et de ressources qu’à n’importe quelle époque de l’histoire. Cependant la dou­leur, la souffrance et la privation chez tant de gens continuent à exister. Si les ambitions de repli sur soi et d’égoïsme continuent à être poursuivies, on ne se souviendra pas de notre génération pour aucun accomplissement impor­tant mais pour sa cupidité. N’oublions donc jamais que Noël c’est beaucoup plus que des lumières étincelantes, des réunions, des achats et des concerts!

« Une lumière s’est levée »

Il y a plus de 2000 ans, les anges ont proclamé la naissance d’un Sauveur qui apporterait une grande joie au monde entier. La réalité était que, bien sûr, quand Jésus vint, il n’y avait pas de place à l’hôtellerie. C’est pourquoi le Sauveur du monde naquit dans un envi­ronnement des plus humbles. Se peut-il qu’au milieu des lumières éclatantes de Noël, nous aussi puissions ne pas voir la vraie lumière du monde, Jésus, Fils de Dieu?

À l’approche de ce Noël, tant d’années après la venue du Christ qui a changé le cours de l’histoire humaine, nous voy­ons encore trop de gens qui, bien que ne manquant de rien matériellement, ne comprennent pas qu’il ne peut pas y avoir de Noël sans le Christ.

La promesse faite par Dieu il y a si longtemps a été accomplie avec la naissance de Jésus, Dieu incarné : « …Le peuple qui vivait dans les ténè­bres a vu une grande lumière; sur ceux qui vivaient dans le pays de l’ombre de la mort une lumière s’est levée. » À partir de ce moment, Jésus a commencé à prêcher, « Repentez-vous, car le royaume des cieux s’est approché » (Matthieu 4:16, 17). La venue de ce roy­aume a marqué un changement radical des valeurs et annoncé la possibilité que la nature humaine puisse être com­plètement transformée. En connaissant la puissance du Royaume de Dieu, nous commençons à percevoir la véritable lumière de Noël.

« Le merveilleux don est offert si doucement! », a écrit Phillips Brooks dans le cantique familier. « Ainsi Dieu fait partager aux coeurs des hommes les bénédictions de son Ciel. Aucune oreille ne peut l’entendre arriver; mais dans ce monde de péché, où les âmes débonnaires le recevront, le cher Christ pénètre encore. »

Qu’il en soit ainsi pour vous à Noël, car la Lumière est venue!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Articles connexes