Trouver un chez-soi

Trouver un chez-soi

03
.30

Se débarrasser de sa dépendance a été pénible pour Mitch. Ensuite, en raison des tabous associés à la maladie et à l’itinérance, il a été difficile pour lui de trouver un emploi et un logement stable. Aujourd’hui, cependant, grâce à l’aide de l’Armée du Salut, Mitch a repris sa vie en mains.

« L’Armée du Salut m’a permis de repartir à neuf, déclare Mitch. Les salutistes ne m’ont pas méprisé. Ils m’ont aidé sans attendre. »

Lorsque Mitch s’est rendu au centre d’hébergement d’urgence et de soutien de l’Armée du Salut à Woodstock, en Ontario, il avait été chassé de son logement et dormait dans des hôtels avec l’argent qu’il réussissait à amasser.

« Je ne pouvais même pas m’acheter de nourriture, explique Mitch. Je consacrais tout mon argent à mettre un toit sur ma tête. »

L’espoir au milieu du désespoir

« La plupart des gens s’épanouissent dans un environnement sécuritaire, un chez-soi », déclare Jennifer Schafrick, intervenante pour l’aide au logement à l’Armée du Salut à Woodstock.

L’établissement d’hébergement temporaire, une maison de ville dotée de quatre chambres à coucher, offre de la stabilité et du soutien aux clients qui s’efforcent d’améliorer leur situation. L’Armée du Salut assiste des personnes qui traversent une période de crise – éviction, divorce ou incendie – en leur offrant des services d’hébergement d’urgence et en les aidant à trouver un logement permanent et abordable.

« Le fait d’avoir une adresse stable m’a énormément aidé à trouver un emploi et un logement permanent, explique Mitch. Comme j’avais un numéro de téléphone, on pouvait me joindre pour me proposer des entrevues. Et quand je cherchais un appartement, je n’avais pas besoin de dire que je dormais chez des amis ou à l’hôtel. »

Se libérer du passé

Aujourd’hui, Mitch est sobre. Il travaille à temps plein à titre de cuisinier sur commande, et loue une maison de ville qui comprend trois chambres à coucher. Il n’a plus à se demander où il dormira chaque soir, et sa fille lui rend visite régulièrement. Il est autonome et en est fier.

« Ce qu’il faut retenir, c’est que sans l’Armée du Salut, je vivrais encore dans la rue, déclare Mitch. L’environnement sécuritaire et bienveillant que les salutistes m’ont offert m’a procuré la stabilité dont j’avais besoin pour améliorer ma situation.

« L’Armée du Salut m’a fait comprendre que je méritais qu’on s’occupe de moi, et cela a tout changé. Je n’avais pas envisagé la vie d’un œil optimiste depuis bien longtemps. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Articles connexes