Commémoration du naufrage de l’Empress of Ireland

06
.02

Le 29 mai 1914, par une nuit brumeuse, Ernie Green s’était accroché à un corps dans les eaux glaciales du fleuve Saint-Laurent. C’est ainsi qu’il a survécu au naufrage de l’Empress of Ireland, éperonné par un charbonnier norvégien.

« Le navire a coulé en 14 minutes », déclare le petit-fils d’Ernie, le major David Ivany de l’Armée du Salut. « Je n’arrive pas à imaginer la tragédie. »

Ernie était l’un des 170 membres de l’Armée du Salut qui se rendaient au congrès international de l’Armée du Salut, à Londres. Ses parents et sa sœur ont péri dans le naufrage.

« Ernie, âgé de 23 ans, a été rescapé, mais tout ce qui lui restait de sa famille et de ses amis était des souvenirs », confie le major Ivany. « Je le revois encore aujourd’hui, au chalet familial, alors qu’il était septuagénaire. Il s’étirait et nageait vigoureusement. Toute sa vie, il a eu le désir non seulement de survivre, mais aussi de triompher. »

Le 22 mai dernier, l’Armée du Salut a célébré le service commémoratif annuel devant le cénotaphe de l’Empress of Ireland, au cimetière Mount Pleasant, à Toronto, pour souligner le 102e anniversaire de la tragédie qui a couté la vie à 150 de ses membres.

Tout comme le Titanic, l’Empress of Ireland recèle des récits incroyables de survie et de mort.

« « Si je parviens à m’en sortir, je consacrerai ma vie à Dieu », avait déclaré Ernie, et c’est ce qu’il a fait », explique le major Ivany. « Il est devenu officier et pasteur de l’Armée du Salut. Et certains de ses descendants ont marché dans ses pas. »

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Articles connexes