2017-02_jane-redding

Une fille honore son père

03
.17

Quand Jane Redding a rédigé son testament, elle n’a pas hésité à faire un legs à l’Armée du Salut. « Il y a très longtemps, l’Armée du Salut a fait preuve de compassion envers mon père, dit Jane. Aucun autre organisme n’est aussi méritoire. »

En 1930, John Redding, âgé de 16 ans, a quitté Yarmouth, en Nouvelle-Écosse, pour Halifax. Il a dit à sa mère, qui était veuve, qu’il trouverait un emploi. Malheureusement, peu de temps après son arrivée, il a manqué d’argent et s’est retrouvé seul, affamé et sans logis. Désemparé, il a frappé à la porte de l’Armée du Salut qui lui a offert le gîte et le couvert. Le lendemain, on lui a conseillé de chercher du travail au chantier naval. Un capitaine de navire l’a embauché et c’est ainsi que John est devenu marin. Il a exercé ce métier pendant quarante ans.

« J’étais jeune quand mon père est mort, mais son histoire m’a toujours accompagnée. Je remercie Dieu pour l’Armée du Salut. »

« Je crois en l’Armée du Salut et sa mission d’aider les laissés-pour-compte. Ce principe est important pour moi et me va droit au cœur. Même si je ne mets pas concrètement la main à la pâte, faire un don testamentaire me procure la même satisfaction, car je sais que je vais améliorer les conditions de vie des enfants et des collectivités en proie à la pauvreté. »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes

Homeless.Hungry.webDSC06846

Itinérant et affamé

07
.10

Jim, âgé de 70 ans, était sans le sou et vivait dans un local d’entreposage lorsqu’il s’est tourné vers l’Armée du Salut de Belleville (Ontario) pour obtenir de l’aide. « J’étais au plus bas, dit Jim, et je n’avais que moi