Ricky.web

Heureux d’avoir une deuxième chance

06
.07

Tout ce que Ricky trouvait à faire était de penser à sa prochaine dose. « Ma famille était tout ce que j’avais, dit Ricky. Donc, quand ils ont décidé de me déshériter en raison de ma dépendance, j’ai su que je devais changer. Je me suis alors tourné vers l’Armée du Salut. »

Depuis plus de 60 ans, le centre Harbour Light de l’Armée du Salut à Vancouver offre un refuge à tous ceux qui cherchent du soutien concret pour régler des problèmes existentiels. En plus d’y trouver le gîte, les participants obtiennent les outils nécessaires pour recouvrer la santé, établir des bases solides pour vaincre leur dépendance, trouver un logement abordable, acquérir des compétences leur permettant d’accéder à l’emploi et rétablir les ponts avec leurs relations.

« Pendant huit ans, j’ai livré un dur combat contre ma dépendance, raconte Ricky. J’avais un travail et je payais mes comptes, mais je me réfugiais dans un hôtel pour consommer. J’ai fait subir des choses épouvantables à ma famille et à mes amis. »

« En mon for intérieur, je désirais être sobre et en mesure de vivre sans être accro à la drogue, ajoute Ricky. J’ai eu besoin du soutien de l’Armée du Salut. Cette organisation a joué un rôle clé dans mon cheminement vers la guérison. »

Les séances de thérapie individuelle ont permis à Ricky d’apprendre à affronter les défis quotidiens sans consommer de drogue, tandis que les séances de groupe lui ont donné l’occasion de s’exprimer. Au centre d’apprentissage, on l’a aidé à rédiger son curriculum vitae. De plus, grâce à l’hébergement de transition offert par le centre Harbour Light, il était bien au chaud pour établir ses objectifs de carrière.

« L’Armée du Salut m’a permis de me remettre sur pied, dit Ricky. Aujourd’hui, je serais propriétaire d’une maison si je n’avais pas gaspillé tout mon argent pour acheter de la drogue. Je ne suis pas très fier de ce pan de ma vie, mais je suis reconnaissant d’avoir une seconde chance. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes

Brantford.volunteer

Donner un peu d’espoir à Noël

12
.05

Marg James, 64 ans, connait les vicissitudes de la pauvreté, les fins de mois difficiles et la pression d’offrir des cadeaux et de préparer un repas de Noël. « Un incident a changé le cours de mon existence, raconte-t-elle. J’ai eu besoin

Jason-FR

La Course du Père Noël transforme des vies

11
.23

« Cher Père Noël : Maman dit que nous n’avons pas les moyens d’acheter des biscuits cette année, seulement du lait. » Jason Le temps des Fêtes est habituellement une période de réjouissances, mais également de préoccupations et de contraintes