Mountberry.Eleanor.web

Un programme de jour à l’intention des aînés atteints de démence

06
.14

Pour Eleanor, atteinte de démence précoce, le programme de jour de l’Armée du Salut de Hamilton, en Ontario, est certainement l’une des meilleures thérapies.

« En dix-huit mois, j’ai constaté des changements importants chez Eleanor, raconte Jim, son mari. Depuis qu’elle fréquente le centre, trois fois par semaine, elle est plus ouverte et il est agréable de bavarder avec elle. De plus, elle se languit d’y aller. »

Cinq jours par semaine, ce programme permet aux personnes âgées esseulées ou atteintes de démence ou de la maladie d’Alzheimer de sociabiliser et d’être stimulées.

« Le programme apporte d’une façon contrôlée une dose de normalité dans la vie de ces personnes, dit la major Karen Feltham, directrice administrative. Il règne un esprit de famille où il est possible de créer des liens. »

En plus de prendre un repas chaud, les participants participent à une pléiade d’activités sociales, intellectuelles, récréatives et physiques, dans un environnement sécuritaire et structuré. « Notre objectif est de veiller à ce que les personnes âgées demeurent le plus longtemps possible à la maison, et je suis fière de dire que nous atteignons notre but », ajoute la major.

Les différentes activités offertes au centre permettent à Eleanor de conserver son autonomie – jouer au bingo renforce sa coordination, jouer du ukulélé garde son cerveau actif et tricoter favorise ses interactions avec les autres.

« Grâce aux bienfaits du programme et à mon aide, Eleanor pourra rester à la maison plus longtemps, dit Jim. Ce n’est pas rien. »

« Ce programme me facilite la vie. Lorsqu’elle est au centre, je sais qu’elle est en sécurité. J’ai donc la tête tranquille pour faire mes courses et pratiquer diverses activités. »

« Ce programme est fabuleux. Je ne sais pas ce que je ferais, s’il n’existait pas. »

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes

Michel Profile.web

Une vie marquée par la dépendance

06
.21

« Il n’y avait aucun nuage à l’horizon ce jour frisquet de novembre. Je me trouvais sous le pont Pattulo (Vancouver), à l’extrémité sud, à la recherche d’un endroit pour dormir, raconte Michel. J’étais sans logement depuis deux mois, malade

Ricky.web

Heureux d’avoir une deuxième chance

06
.07

Tout ce que Ricky trouvait à faire était de penser à sa prochaine dose. « Ma famille était tout ce que j’avais, dit Ricky. Donc, quand ils ont décidé de me déshériter en raison de ma dépendance, j’ai su que je