Brantford.volunteer

Donner un peu d’espoir à Noël

12
.05

Marg James, 64 ans, connait les vicissitudes de la pauvreté, les fins de mois difficiles et la pression d’offrir des cadeaux et de préparer un repas de Noël. « Un incident a changé le cours de mon existence, raconte-t-elle. J’ai eu besoin d’aide et l’Armée du Salut m’a ouvert ses portes. »

Dans la mi-trentaine, Marg a appris qu’elle était atteinte de la sclérose en plaques, une maladie qui s’attaque aux cellules nerveuses du cerveau et de la moelle épinière. Peu de temps après avoir appris cette nouvelle, elle a découvert que son mari la trompait avec la gardienne. Du jour au lendemain, elle s’est retrouvée mère chef de famille, une transition qui ne s’est pas faite sans heurts.

« Les intervenants de l’Armée du Salut m’ont soutenue, donné un coup de pouce à Noël et aiguillée vers des programmes pour m’aider à m’en sortir et me permettre d’obtenir des conseils sur mon rôle de parent. »

Pour Marg, le panier de Noël de l’Armée du Salut signifiait que ses enfants ne manqueraient de rien à Noël.

« Je n’avais pas assez de sous pour nous payer de petits luxes comme un repas de Noël ou des jouets. Ce panier fut un vrai cadeau du ciel. »

Aujourd’hui, Marg est bénévole à l’Armée du Salut de Brantford, en Ontario. Elle trie et range les denrées de la banque alimentaire et tisse des liens avec les clients. Dans le temps des fêtes, elle inscrit dans un registre le nom des familles qui ont besoin d’aide, remplit les paniers de Noël et distribue les jouets.

« Les bénévoles comme Marg nous permettent de tendre la main à davantage de personnes, précise William Ratelband, coordonnateur des services communautaires et d’aide à la famille. De plus, ils redonnent le sourire aux clients, développent des relations d’amitié et se montrent respectueux envers les gens qui vivent des situations difficiles. »

« Faire du bénévolat à l’Armée du Salut me permet de me rapprocher de ceux et celles qui ont des difficultés, de les serrer dans mes bras et de leur faire savoir que quelqu’un pense à eux. Aider les autres me comble de bonheur, dit Marg. En travaillant comme bénévole, je suis encore physiquement active, sinon, la maladie aurait pris le dessus et je serais assise dans un fauteuil roulant à ne rien faire. »

Si vous souhaitez faire du bénévolat à l’Armée du Salut, cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes

Jason-FR

La Course du Père Noël transforme des vies

11
.23

« Cher Père Noël : Maman dit que nous n’avons pas les moyens d’acheter des biscuits cette année, seulement du lait. » Jason Le temps des Fêtes est habituellement une période de réjouissances, mais également de préoccupations et de contraintes