Lorsque tout s’écroule

Lorsque tout s’écroule

06
.14

Le jour du décès de sa femme, Peter a appris que son poste était aboli. Puis, il a reçu un diagnostic de dégénérescence maculaire, une perte de vision irréversible. Désespéré et sans abri, Peter a communiqué avec l’Armée du Salut. « Je n’avais personne vers qui me tourner, explique-t-il. L’Armée du Salut m’a aidé à me remettre sur pied. »

À l’adolescence, Peter s’était fait dire qu’il serait toute sa vie un bon à rien. Par la suite, il a eu des démêlés avec la justice et, à 16 ans, a été incarcéré. « Mes abus d’alcool m’ont entraîné à commettre des actes criminels, raconte Peter. Je fréquentais des gangs de rue et j’admirais les mauvaises personnes. »

En prison, Peter a reçu la visite d’un aumônier de l’Armée du Salut, et après sa sortie il a demandé l’aide de l’organisation pour surmonter sa dépendance à l’alcool.

Entre-temps, Peter a fait la rencontre d’un chef qui l’a encouragé à changer son mode de vie et à bâtir son avenir. Peter a démontré de l’intérêt pour la cuisine, a suivi des cours et a travaillé dans des hôtels cinq étoiles. Il y a quelques années, Peter s’est vu offrir un emploi dans une résidence pour personnes âgées, où il pouvait même y habiter. Sa femme et lui ont sauté sur l’occasion.

« Mon épouse était mon rocher et mon principal soutien, dit Peter. Lorsqu’elle est décédée, une partie de moi est morte avec elle et ma vie a pris un mauvais tournant une fois de plus. »

Peter a donné tout ce qu’il possédait et s’est mis à voyager. « Je fuyais ma douleur, dit-il. Je savais que je devais y faire face. »

Peter était à Thunder Bay, en route vers le Yukon pour travailler dans les mines, quand il s’est aperçu qu’il avait des troubles de la vue. « Ma vision était déformée. Je savais que quelque chose n’allait pas. » Étant donné qu’il connaissait l’Armée du Salut, Peter est allé au centre Journey to Life, un refuge pour hommes, où il a été hébergé et a reçu des soins.

« L’Armée du Salut offre plus qu’un refuge, déclare Peter. On m’a aiguillé vers des ressources où j’ai reçu des soins et on m’a aidé à trouver un logement. Actuellement, je fais de la pâtisserie pour le centre et donne un cours de cuisine aux résidents du programme d’hébergement provisoire.

« L’Armée du Salut m’a donné une autre chance d’améliorer ma qualité de vie, avoue Peter. Le personnel ne m’a jamais jugé, et quand j’ai eu besoin d’aide, il était là pour moi. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes

D’étudiante-athlète à toxicomane

07
.30

Issue d’une bonne famille, Meagan, 28 ans, a grandi dans une petite ville. Cette jeune femme, douée pour les études et le sport, a eu recours à la drogue pour atténuer la douleur causée par une blessure et faire face à