camp d’été de l’Armée du Salut.

Des jeunes apprennent à devenir des dirigeants

07
.12

Emily, âgée de 16 ans, séjourne au camp de l’Armée du Salut chaque été depuis qu’elle a six ans. Cependant, cette année, elle sera membre du personnel pour la première fois.

« Mes séjours au camp m’ont permis de nouer des amitiés pour la vie, de développer mon estime de moi, de vaincre ma timidité et mon trouble d’anxiété sociale et de poser des gestes de compassion. »

« Chaque année, j’ai l’occasion d’apprendre quelque chose de nouveau – photographie, escalade, altruisme et gestion d’une banque alimentaire. J’ai également développé des compétences utiles et vécu des expériences mémorables. »

De ses passages au camp, Emily retient avant tout un immense sentiment de gratitude et un plus grand amour pour la vie.

« Dans le cadre de ma formation de dirigeants, qui fait partie du programme du camp, nous avons confectionné et vendu des objets d’art pour un orphelinat en Afrique. L’argent recueilli a permis d’acheter des livres et de procéder à la réparation de l’édifice. L’amour et la compassion font partie intégrante de ce qu’on nous enseigne dans les camps de l’Armée du Salut. »

Cette année, Emily terminera sa formation de dirigeants et fera partie du personnel.

« J’ai le goût d’aider les enfants à s’épanouir et à comprendre comment Dieu les aime. »

Depuis 1900, l’Armée du Salut propose des camps d’une semaine et des camps de jour, qui transforment la vie d’un grand nombre d’enfants, partout au Canada. L’an dernier, plus de 4 000 jeunes ont séjourné dans un camp d’été de l’Armée du Salut.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes

L’Armée du Salut œuvre désormais dans 130 pays

L’Armée du Salut œuvre désormais dans 130 pays

07
.06

Le dirigeant international de l’Armée du Salut, le général André Cox, a avalisé le lancement officiel des activités de l’Armée du Salut dans deux pays d’Afrique, le Gabon et le Burkina Faso. Cela signifie que l’œuvre de l’Armée du Salut