Une cuisine communautaire qui offre plus que des fruits et des légumes

06
.01

Tous les lundis, à la cuisine communautaire de l’Armée du Salut de Parry Sound (Ontario), des adultes, des familles et des jeunes à faible revenu acquièrent des compétences et un sentiment de confiance qui leur permettent d’étirer leur budget, d’éviter la faim et de faire des choix santé.

« J’adore ce groupe, déclare Kelly, une participante. On s’y amuse beaucoup. »

La cuisine communautaire est une initiative commune de l’Armée du Salut à Parry Sound, de la Georgian Bay Biosphere Reserve et du Parry Sound Friendship Centre. Appuyé par la North Bay Parry Sound District Health Unit et la Parry Sound District Social Services Administration, le programme a pour but d’établir des collectivités dynamiques et durables. Les cours sont gratuits, mais on suggère aux participants de faire un don de 2 $ pour aider à payer les dépenses inhérentes au programme.

« Nous leur enseignons à préparer des repas sains et abordables, explique Glenda Clayton, coordonnatrice du projet. La cuisine est également un endroit où les gens peuvent socialiser, raconter des histoires, nouer des amitiés et s’occuper de problèmes de santé spécifiques. Par exemple, certains participants sont préoccupés par l’ostéoporose. Donc, une nutritionniste viendra nous expliquer comment on peut augmenter l’apport en calcium dans le régime alimentaire pour favoriser la santé des os. »

Glenda Clayton nous dit que ce sont les participants qui décident du thème et de la direction de chaque cours. Les membres du groupe Mix, Mingle and Measure (qui rassemble surtout des plus de 50 ans) veulent  incorporer de nouveaux aliments dans leur régime alimentaire, et font des choix audacieux.  Les membres du groupe Beyond Kraft Dinner (composé de gens dans la jeune vingtaine et de jeunes parents) veulent apprendre à préparer du muesli, des soupes et des pizzas.

« Beaucoup de nos participants vivent une situation difficile, raconte Glenda Clayton. Après avoir payé leur loyer, ils ne leur reste que 100 $ pour leurs autres dépenses. Nous les encourageons à apporter des contenants et à rapporter les restes à la maison. Ainsi, ils ont des repas préparés une ou deux fois dans la semaine, et peuvent étirer les dollars consacrés à l’achat de nourriture. »

Le désir de manger sainement est là, mais il est difficile pour les personnes dont le budget est serré de faire des expériences culinaires et d’incorporer de nouveaux aliments dans leur régime. La cuisine communautaire aborde des sujets comme planifier des repas, faire son épicerie en évitant les aliments préparés ou congelés, et être autonome. Tout cela en s’amusant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Articles connexes