Un programme d’alphabétisation aide à renforcer les liens entre un père et ses enfants

06
.21

Imaginez ce qu’un père analphabète, incapable de faire la lecture à ses enfants, peut ressentir. Mark voulait améliorer ses capacités de lecture et d’écriture et renforcer les liens avec ses enfants. Il a donc décidé de retourner en classe, à l’Armée du Salut, à Winnipeg.

Le programme communautaire d’alphabétisation STEP (Stages Education Program), offert dans un environnement sécuritaire et convivial, permet à des personnes à faible niveau d’alphabétisation (habituellement inférieur à celui de 6e année) d’acquérir des compétences élémentaires en lecture, en orthographe, en mathématiques, en informatique et en dynamique de la vie.

« Il n’y a pas de programme scolaire fixe, explique Mandy Marsland, superviseure de STEP. Les participants présentent différents niveaux d’alphabétisation, et un plan d’études est élaboré pour chacun d’eux. »

À l’âge de 50 ans, Mark, père de quatre enfants, a appris qu’il était dyslexique. « Lorsque j’étais adolescent, je n’arrivais pas à terminer des tests qui ne posaient aucun problème pour mon frère de huit ans, se rappelle Mark. J’étais frustré et je savais que quelque chose clochait. Pendant la plus grande partie de ma vie, je me suis senti intimidé et accablé. »

Lorsque Mark a commencé le programme, son orthographe était de niveau de 3e année, et il ne savait pas comment mettre un ordinateur en marche. « J’acquiers de nouvelles connaissances, ce que je n’ai pas fait depuis 30 ans », avoue Mark.

Selon Carley Tay, enseignante en informatique et en alphabétisation, Mark a atteint un niveau de 5e année en lecture. Il est maintenant capable de remplir une demande d’emploi, de lire des instructions, de faire des recherches et de sauvegarder des fichiers dans l’ordinateur.

« Grâce à sa confiance renouvelée et à sa détermination, Mark montre à ses enfants qu’il est possible de surmonter des obstacles », raconte Carley.

Faire tomber les barrières

Chaque jour, le programme STEP contribue à faire tomber des barrières. Lorsque Alvin est arrivé en classe, il ne se rappelait plus comment faire des multiplications et des divisions ni comment écrire son nom.

« Tout allait bien avant que je me frappe la tête en glissant sur la glace, dit Alvin, âgé de 47 ans. J’ai été hospitalisé pendant 17 jours. J’avais perdu la mémoire et je ne savais plus écrire ni compter. J’ai dû réapprendre tant de choses, c’était effrayant. »

Grâce à l’aide de l’Armée du Salut, Alvin fait des progrès en mathématiques et en rédaction. Il a écrit et conçu un livre d’une douzaine de pages pour sa fille. « J’ai encore beaucoup de chemin à faire, mais grâce au programme, je retrouve ma confiance, et ma qualité de vie s’améliore, dit Alvin. »

160626sw/sc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Articles connexes