Surmonter les traumatismes qui ont fait de profonds ravages

Surmonter les traumatismes qui ont fait de profonds ravages

06
.22

Le 21 juin est la Journée nationale des peuples autochtones, durant laquelle on souligne l’héritage unique, la diversité culturelle et les exploits remarquables des peuples autochtones du Canada. À cette occasion, l’Armée du Salut rend hommage à Pamela Spurvey pour avoir changé sa vie et amélioré celle d’autres personnes au centre de services aux toxicomanes et d’hébergement de l’Armée du Salut à Edmonton, en Alberta.

Les premières années de la vie de Pamela

La mère de Pamela était alcoolique, s’injectait des drogues, fréquentait des gangs, prenait part au commerce du sexe et a exposé Pamela à un monde de crime. Dès son plus jeune âge, Pamela a été prise en charge par des membres de sa famille, puis placée dans un foyer d’accueil. « Ce foyer m’a procuré la plus grande stabilité que j’avais jamais eue », confie Pamela.

Lorsque la mère de Pamela a cessé de consommer de l’alcool et des drogues, les enfants sont rentrés chez eux. Mais peu de temps après, la violence physique et psychologique a recommencé.

« J’ai pris mon premier verre à 16 ans pour oublier la douleur et les mauvais souvenirs, raconte Pamela. Je suis instantanément devenue alcoolique. La même chose s’est produite avec les drogues illicites. »

À l’âge adulte

Alors que Pamela traversait une période où elle développait à répétition des relations marquées par la violence, un ami lui a dit : « Essaie ça et tu te sentiras mieux. » C’était du crack.

« La cocaïne est devenue ma meilleure amie, révèle Pamela. Je vendais de la drogue et j’étais impliquée dans des activités criminelles. D’une cellule de prison, j’ai dû signer une renonciation à la garde de mes enfants. J’étais complètement brisée. »

Après sa libération, Pamela était sans logis. Elle a été admise plusieurs fois à l’hôpital à la suite de tentatives de suicide. « J’ai perdu le goût de survivre après avoir renoncé à la garde de mes enfants », mentionne Pamela.

Pamela a fini par tomber enceinte de nouveau, mais cela n’a pas changé son mode de vie. « J’étais entraînée très loin dans la dépendance, précise-t-elle. Quand le bébé avait deux semaines, mon test aux drogues s’est avéré positif, et Malachi a été retiré de ma garde. »

Un tournant

« Je n’avais pas d’endroit où rester et mon fils aîné m’a accueillie, poursuit Pamela, ce qui a été mon point de rupture parce qu’il n’était pas approprié que mon fils doive s’occuper de moi. À ce moment-là, des procédures judiciaires m’ont amenée à suivre un programme de traitement de la toxicomanie. Cela m’a aidée à renouer avec ma culture autochtone et à me sortir de l’enfer du désespoir dans lequel j’étais. »

Pamela a terminé le programme et s’est installée à Cornerstone, une maison de transition gérée par l’Armée du Salut, qui est finalement devenue un centre de services aux toxicomanes et d’hébergement.

« Maintenant, je travaille pour l’Armée du Salut parce qu’elle m’a sauvé la vie, conclut Pamela. Cette organisation m’a offert des services de counseling et m’a enseigné des compétences parentales. Grâce à ces mesures d’aide, je me suis améliorée et j’ai recouvré la garde de mes enfants.

« L’Armée du Salut est la clé de mon succès dans la vie et de ma capacité d’aider la communauté autochtone à passer du désespoir à l’espoir. »

NOTA : Pamela a récemment reçu le prix True Grit (persévérance authentique) du cercle du lieutenant‑gouverneur de l’Alberta sur la santé mentale et la toxicomanie, qui récompense les efforts fructueux visant à réduire la stigmatisation, à encourager la guérison et à renforcer les programmes et les services dans le domaine de la santé mentale et des toxicomanies.

 

180637sw/fl

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes

L’alcoolisme et la boulimie ont rongé la vie de Sharon.

À court d’espoir

10
.26

L’alcoolisme et la boulimie ont rongé la vie de Sharon. Après la mort de sa mère, le désespoir s’est emparé d’elle et elle a perdu toute volonté de vivre. Prête à commettre l’irréparable, Sharon a communiqué avec l’Armée du Salut