Quand le malheur frappe deux fois

07
.04

Il y a quelques années, Denise Hynes a dû avoir recours à l’aide de l’Armée du Salut de Cornerbrook (Terre-Neuve-et-Labrador). Aujourd’hui, elle est propriétaire d’un commerce florissant et donne en retour à l’organisation qui était venue à son secours quand l’inattendu s’est produit.

« Ce jour-là, il faisait extrêmement froid et une conduite d’eau a éclaté dans notre maison, raconte Denise. Le grenier a été inondé et les panneaux de gypse s’effritaient. Il y avait un pied d’eau dans le sous-sol fraîchement rénové. On aurait dit que notre maison avait subi un bombardement. »

Denise a tout perdu à l’exception de quelques jouets des enfants et albums de photos.

« Nous étions dévastés, dit Denise. Il a fallu six mois pour tout rénover et retrouver notre chez-soi. Entre-temps, j’avais communiqué avec l’Armée du Salut et demandé de l’aide. »

Denise n’en revenait pas de l’aide qu’elle a obtenue de l’Armée du Salut.

« Nous avons reçu des chandails, des manteaux, des bottes et des fournitures scolaires, dit Denise. L’Armée du Salut avait soulagé notre angoisse, et nous lui en étions extrêmement reconnaissants.

Puis, le mariage de Denise a éclaté.

« J’étais entre deux contrats de travail, fauchée, et j’avais du mal à nourrir mes trois garçons, confie Denise. Mes enfants ouvraient les armoires pour trouver des choses à grignoter, mais elles étaient vides. À plusieurs occasions je me suis privée de nourriture pour nourrir ma famille. »

Noël approchait et Denise décida de communiquer avec l’Armée du Salut.

« Je n’avais pas les moyens d’acheter des cadeaux ou de préparer un repas à la dinde, souligne Denise. L’Armée du Salut nous a remis des jouets, un panier de Noël et un bon-cadeau pour que je puisse préparer un repas traditionnel. »

Depuis, Denise s’est remise sur pied, possède un studio d’art et redonne à l’Armée du Salut en reconnaissance de ce que l’organisation a fait pour elle au moment où elle en avait le plus besoin. À Noël, elle offre des cartes-cadeaux à l’intention d’adolescents, achète des vêtements neufs que l’Armée distribue pendant l’année et donne un cours d’art à des mères seules qui participent à un groupe de soutien dans le cadre d’un programme de l’Armée du Salut.

« L’Armée du Salut m’a donné de l’espoir, explique Denise, et je veux redonner cet espoir à ceux qui en ont besoin. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes

L’alcoolisme et la boulimie ont rongé la vie de Sharon.

À court d’espoir

10
.26

L’alcoolisme et la boulimie ont rongé la vie de Sharon. Après la mort de sa mère, le désespoir s’est emparé d’elle et elle a perdu toute volonté de vivre. Prête à commettre l’irréparable, Sharon a communiqué avec l’Armée du Salut